Kit pédagogique — Anne de Bretagne, reine de France, à Tours

Après avoir épousé Charles VIII en 1491 à Langeais, Anne de Bretagne vit essentiellement dans des résidences du Val-de-Loire (Amboise, Loches et Tours). C’est au Plessis-lès-Tours qu’elle donne naissance au dauphin Charles-Orland en 1492 et que meurt quatre ans plus tard, Charles, second fils lui aussi dauphin de France. Elle prend à son service dans la capitale tourangelle les artistes du roi qui lui offriront ses plus beaux manuscrits, en particulier Jean Bourdichon qui réalisera avant 1508 les Grandes heures d’Anne de Bretagne (BnF). Elle s’adresse également aux renommés sculpteurs tourangeaux, Michel ColombeJérome Pascherot et Guillaume Regnault, pour exécuter le tombeau et les gisants de ces deux enfants, placés dans la collégiale Saint-Martin (aujourd’hui conservés dans la cathédrale).

 

Fait rare, elle aura droit à deux entrées solennelles dans la ville de Tours. La première en décembre 1491, en temps que duchesse de Bretagne, la seconde, avec Louis XII en décembre 1500, après son remariage avec Louis XII. A chaque fois les festivités organisées par les tourangeaux furent particulièrement fastueuses, avec six théâtres montés sur les principales places et carrefours de la ville où la population présente différents mystères. En 1491, Jean Poyer et Henri Lallement, peintres, en sont les principaux organisateurs. La duchesse reçoit alors une « gallée » semée de fleurs de lys et d’hermine réalisée par Jean Galland. En 1500, les festivités sont encore plus remarquables… et elle reçoit une nouvelle nef de table (la nef de sainte Ursule). 

Elle trouve à Tours aussi ses principaux serviteurs. Jacques de Beaune devient son trésorier général des 1491, mais aussi son principal créancier…

 

Jean Bourdichon, détail d’une miniature des Grandes Heures d’Anne de Bretagne, vers 1503-1508, Bibliothèque Nationale de France.

Kit pédagogique — Anne de Bretagne, reine de France, à Tours