Kit pédagogique — L’écrit privé… et les grands artistes tourangeaux

Outre la correspondance officielle et politique, les archives des municipalités conservent un grand nombre de lettres envoyées par des individus privés, le plus souvent pour présenter une réclamation. Certaines personnes (comme ici Michel Colombe, sculpteur) demandent le défraiement de certaines sommes suite à un travail effectué pour la municipalité. D’autres sollicitent celle-ci autour de certains problèmes de la vie urbaine. Au milieu du XVIe siècle, le poète Pierre de Ronsard, prieur commendataire du prieuré Saint-Cosme, écrit ainsi à la ville de Tours, pour obtenir son intervention dans un conflit de voisinage.

 

Michel Colombe et le foyer artistique tourangeau : 

Sculpteur originaire de Bourges, Michel Colombe s’installe à Tours en 1473. Gravitant autour de la cour, il devient le sculpteur attitré d’Anne de Bretagne. Il sculpte d’ailleurs pour le roi et la reine le tombeau de leurs enfants, encore visible aujourd’hui dans la cathédrale de Tours. Sa renommée dépasse les limites de la ville, il réalise ainsi le tombeau du duc de Bretagne François II et de sa femme Marguerite de Foix. Dans sa lignée, se développe un important foyer artistique stimulé par la présence du roi. On y trouve aussi bien des sculpteurs comme la famille Juste, que des tapissiers tels que les Duval, ou des enlumineurs et peintres notamment Jean Poyet, Jean Bourdichon ou encore la famille Clouet.

 

A. Lettre, 1500, Michel Colombe, sculpteur à Tours. Encre sur papier. Tours, Archives municipales, AA 4.

Crédits : © Archives municipales de Tours, AA 4

Kit pédagogique — L’écrit privé… et les grands artistes tourangeaux