Kit pédagogique — Les budgets municipaux à la Renaissance

Le budget d’une cité, tel qu’il nous est présenté dans les registres de comptes, se veut un équilibre entre des recettes et des dépenses, selon un bilan établi annuellement. Les recettes résultent principalement des privilèges financiers (droits de douane sur les marchandises) concédés par le roi. Le vin, les grains, le sel… sont en particuliers taxés à l’entrée de la ville. La ville possède également quelques maisons, ou des étals (bancs des bouchers…) qu’elle peut louer. Plus exceptionnellement, elle reçoit des dons de particuliers. Ses dépenses sont très nombreuses et sont principalement affectées à la réparation des murs de la ville ou des ponts, ce pour quoi le roi a cédé des droits. Dans les faits, les dépenses municipales sont très variées : de l’achat de papier ou d’encre aux frais que nécessite une ambassade vers le roi, de l’achat de torches d’éclairage, de pavé, de clous… à la réalisation de somptueux décors pour une entrée royale, ou encore de l’aide aux pauvres à l’entretien d’un hôpital. Tout l’art des receveurs et des échevins est de tenir ce budget équilibré, tant les dépenses peuvent varier fortement d’une année à l’autre…

 

Les registres de comptes de la ville de Tours :

Les registres de comptes enregistrent les recettes perçues et les dépenses réalisées par la ville. Chaque compte couvre une année fiscale et est tenu par un receveur, officier dédié à cette tâche. Renseignés avec beaucoup de soin, ils permettent de savoir pour chaque denier entrant ou sortant de qui vient l’argent ou qui le reçoit et dans quel but. Source précieuse pour les chercheurs, les registres donnent une idée du budget annuel de la ville et de ses pôles de dépenses. Ils sont conservés à Tours depuis le XVe siècle dans la série CC des archives municipales.

 

A. Extrait. Double du registre de compte d’André Boutet dit Denisot, receveur de Tours en 1497-1498. Corps de ville de Tours, parchemin. Cahier. Tours, Archives municipales, CC 24, fo86 vo. Rubrique « Voiture par eau »

Crédits : © Archives municipales de Tours, CC 24.

Kit pédagogique — Les budgets municipaux à la Renaissance