Kit pédagogique — Les clercs et sergents de la ville de Tours

L’administration municipale à Tours aux XVe et XVIe siècles

L’administration communale au début du XVIe siècle est plus que réduite. À côté du maire et des échevins (des bourgeois de la ville) qui participent aux conseils, il existe quelques officiers municipaux qui effectuent un véritable travail pour la ville : un receveur chargé de l’administration des comptes, un procureur qui porte la parole urbaine dans certaines institutions, deux élus laïcs et un religieux en charge de la juridiction municipale, un grenetier et un controlleur attachés à l’administration du grenier à sel de la ville, un notaire et greffier de la ville en charge de toutes les écritures, quatre clercs et sergents, auxquels s’ajoute après 1510, un fontainier qui entretien les fontaines publiques et le réseau d’adduction d’eau. Toutes ces personnes ont des gages (revenus) annuels et le mieux payé est … le fontenier !

 

L’uniforme des sergents de ville

Dans cet extrait des registres des comptes des deniers communs de la ville de Tours pour l’année 1496-1497, sont mentionnées les dépenses faites pour la confection des robes offertes traditionnellement par la ville, à Noël, aux clercs (sergents) de la ville. Les principaux artisans de la ville sont mobilisés tant pour  l’achat des tissus, la couture des robes, la fourniture de l’orfèvrerie qui va servir à broder les armoiries de la ville sur une des manches de chaque vêtement (les armes du roi, une couronne d’or, quatre angelots et les armes de la ville).

 

A. Registre particulier de comptes, 1497, corps de ville de Tours, 34 x 39 cm, Tours, Archives municipales, CC reg. 50, fo217v°-218.

Transcription de l’archive.

 

Crédits : Photo © CESR, Tours / Jérôme Salmon

Kit pédagogique — Les clercs et sergents de la ville de Tours