Kit Pédagogique — Les représentations de Tours à la Renaissance

Les portraits et représentations de ville au XVIe 

 

Deux types de représentations de la ville se distinguent au XVIe siècle. La vue panoramique ou de profil permet à celui qui observe le plan de se placer du point de vue d’un voyageur qui découvre la ville en se plaçant à sa hauteur. La vue scénographique ou cavalière montre une vue de la cité selon un point d’observation idéal situé légèrement en hauteur pour offrir une vue plongeante sur la ville et donner de la perspective à la représentation (voir Les faubourgs et Varennes de Loire…) . Ces portraits des villes dévoilent les éléments les plus importants des cités, qu’il s’agisse de la Loire, comme dans le cas des représentations de villes ligériennes, ou d’édifices incontournables, tels que les églises, les couvents ou les châteaux. Quitte à prendre quelques libertés avec la réalité…

 

La première représentation de Tours (vers 1500) : 

Triptyque de la Vierge et l’enfant Jésus, saint Jean-Baptiste et saint Jean l’Évangéliste, Jean Bourdichon, v. 1500, peinture, 114 x 150 cm, Naples, Chartreuse San Marino, Musée San Marino.

Cette vue est la première vue de Tours connue. Elle est réalisée autour de 1500 par le tourangeau Jean Bourdichon, peintre du roi, et est placée en arrière-plan d’un triptyque qui présente la crucifixion. Le peintre fait de Tours une Jérusalem… Les principaux édifices de la ville y sont représentés avec un grand réalisme. La Loire semble très en retrait des murs (visibles) et on identifie le faubourg de La Riche. Le point de vue laisse penser que Bourdichon a fait ce tableau depuis les hauteurs de Saint-Cyr où il possédait une propriété.

 

Tours, le Jardin de France (vers 1560).

Turones, vulgo, Tours, le Jardin de France, Joris Hoefnagel, 1561, estampe extraite de l’atlas Theatrum celebriores Galliae, 20,10 x 52,50 cm, Tours, Archives départementales d’Indre-et-Loire, collections de Touraine, 7Fi0433.

Crédits : © Archives départementales d’Indre-et-Loire, 7Fi0433

Première d’un grand nombre de représentations de la Loire, cette vue de profil est prise depuis les coteaux de Sainte-Radegonde. Le nom de « Jardin de France » aurait été utilisé pour désigner la ville de Tours pour la première fois par le florentin Francesco Florio au XVe siècle. La Loire et certains lieux principaux de la cité sont identifiables : c’est notamment le cas de la Cathédrale Saint-Gatien et de la Basilique Saint-Martin.

 

Kit Pédagogique — Les représentations de Tours à la Renaissance