Honnête personne Pierre Pothier, marchand (Saint-Pierre-le-Puellier) baille à titre locatif à Guillaume Chidayne [Chidaine], marchand corroyeur (Saint-Pierre-des-Corps ), “une chambre basse et une haulte a chemynee, ung grenyer sur lad. chambre haulte, avec deux caves basses sur le davant et avec la communaulte en une allee estant en lad. maison, le tout estant des appartenances de la maison au davant de laquelle pend pour enseigne Le Pellicquan [le pélican] rue de L'Escoherye” (Saint-Pierre-le-Puellier) ; le preneur dit avoir vu et visité les lieux ce jour et s'en satisfaire.
Led. bail commencera à la saint Jean-Baptiste prochaine et se poursuivra “jusques et durant la vye d'un nommé messire Jehan Couanne” prêtre habitué de l'église Saint-Pierre-le-Puellier, bail identique à celui que led. Couanne a consenti à sire Jacques Ratault, marchand de Tours , ainsi qu’il appert par le bail passé devant Jean Nestour, notaire royal à Tours le 24 avril 1560 après Pâques ; ce présent bail est fait moyennant la somme de 24 l.t. par an, payable par les quatre quarterons de l'an, à commencer à la saint Michel prochaine pour continuer de terme en terme par chaque année durant la vie dud. Couanne. Et led. preneur sera en outre tenu d’entretenir les choses louées “de menues reparations qui est victres, carreau et contrefeuz et bricquage” et les rendre en bon état à la fin dud. temps en bonne et suffisante réparation, et aussi “entretenyr bien et deuement la trappe estant en la chambre basse ; oultre, est led. bail faict a la charge de laisser passer et rapasser les demourans en la maison et hostellerye du Serf D'Argent et leurs gens et serviteurs par l'alee desd. choses baillees, le cas advenant que les eaues et fleuves fussent si grandes et continuees qu'ilz ne puissent sortir a pied de lad. hostellerye seullement et non autrement.” Il est également stipulé que le preneur ne pourra transporter le présent bail, ni même une partie de celui-ci “a personnes du mestier d'ouvrier en soye ou sergetyer besongnant de leur mestier esd. chambres haulte et grenyer et ne pourra led. preneur mectre aulcunes eaues esd. chambres sans avoir jalloctz ou rangeoctz.”
Témoins : Noël Mercier, marchand sellier (Saint-Pierre-du-Boille) et André Girard messager (Saint-Pierre-des-Corps )
Avec la signature aisée de : Potyer

Notes
jallot : baquet dans lequel on coule le suif fondu et clarifié par l'acide sulfurique (Littré)
rangeot : mauvais baquet, vieux seau en bois, dépourvu d'anses (Verrier-Onillon, Glossaire de l'Anjou signale l'emploi de ce mot à Saumur et à Brissac.





text encoding initiativePowered by XTF
Centre d'Études Supérieures de la Renaissance
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence
Si vous utilisez ce document dans un cadre de recherche, merci de citer cette URL :
http://renumar.univ-tours.fr/xtf/view?docId=tei/TIPO473896.xml&doc.view=print;chunk.id=n1
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0).
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0)