Codicille au testament de Nicole Chauvin, prêtre.



[1] Par devant Anthoine Becquerel et Guillaume Cothereau, clercs notaires du roy nostre sire en son Chastelet de Paris, fut present et comparut personnellement venerable et discrette personne maistre Nicole Chauvyn, prebstre habitué en l’esglise Sainct-Nicolas-du-Charderonneret [Saint-Nicolas-du-Chardonnet] en l’Université de Paris , demourant en une maison assise près la Porte Sainct-Victor, viz a viz et a l’opposite et estant des apartenances du College des Bons Enffans [Collège des Bons Enfants], led. Chauvyn gisant en son lict mallade, toutesfoys sain de pensee et d’entendement et de bon memoire et ferme propos, comme de prime face il aparut ausd. notaires par ses gestes, parolles et mainctien, disant que il avoyt faict et passé par devant lesd. notaires soubzscripts son testament dès le jeudy vingt quatriesme jour du present moys de septembre, duquel testament il auroyt requis ausd. notaires lecture luy en estre encores faicte par iceulx notaires. Et lequel testament suyvant sa requeste a esté leu de mot a mot et donné a entendre par iceulx notaires avec ung codicile passé par led. Chauvain led. jour par devant lesd. notaires ; lesquelz testament et codicile, après que icelluy Chauvain les a eu deuement entendus et iceulx ratifiés, confirmés et approuvés, les loue, grée, ratiffie, confirme, approuve et a pour agreable et neantmoings en adjoustant a iceulx et en diminuant a quelques articles aud. testament a faict et ordonné par forme de codicille ce qui s’ensuyt.
C’est assavoir que led. Chauvain testateur a donné et legué, donne, legue et laisse a l’euvre et fabricque de l’eglise dud. Sainct-Nicolas-du-Chardonneret la somme de cinquante solz tournois pour une foys payer affin d’estre particippant aux biensfaictz et prieres de lad. esglise.
Item, led. testateur donne, legue et laisse a lad. œuvre et fabricque de lad. esglise Sainct-Nicolas-du-Chardonneret son coffre estant en lad. esglise avec ses ornemens servant a dire la messe estans dedans led. coffre, affin aussy d’estre particippant aux biensfaictz et prieres de lad. esglise.
Item, icelluy testateur donne, legue et laisse a la confrairie Sainct-Roch fondee en lad. esglise Sainct-Nicolas-du-Chardonneret [2] la somme de dix solz tournois pour une foys payer, affin d’estre particippant aux prieres et oraisons de lad. confrairie.
Item, led. maistre Nicole Chauvain testateur, donne, legue et laisse a Leonarde Pernelle, femme de Jehan Garde, demourant en la Cour du paulmier, rue de La Petite Bretonnerie, près la Porte Sainct-Jacques, la somme de dix livres tournoys pour ayder a lad. Leonarde a avoir des habillemens, a ce qu’elle soyt tenue pryer Dieu pour l’ame dud. testateur.
Item, led. maistre Nicole Chauvain donne, legue et laisse a Marion, fille de Jehan Bamore, dict Grandpied, revendeur tenant sa bouticle devant la porte du College du Cardynal Le Moyne [Cardinal Lemoine], la somme de quarente solz tournoys pour estre employee en habillemens pour lad. fille par les executeurs dud. testament et de ce present codicille.
Item, led. maistre Nicole Chauvain donne, legue et laisse Franbourg Aubert, vigneron demourant a Yvry-sur-Seine , oultre ce qu’il luy a donné par sond. testament, sa saulsaye et pre contenant quartier et demy ou environ, assis ou terrouer dud. Yvry ou lieu dict Les Lunes, tenant d’une part a Jacquet Noblet, d’autre a Jacques Durbin, abboutissant d’ung bout au seigneur Payan et d’aultre bout aux terres labourables et ce nonobstant que par le laiz par led. Chauvayn faict par sond. testament a Jehanne Coise, sa cousine, il ayt donné a icelle Jehanne Coise tout ce que led. Chauvyn avoyt a luy apartenant aud. lieu de Yvry ; auquel laiz led. Chauvyn declare qu’il ne veult et n’entend lesd. saulsayes et pre estre comprins, ains apartient aud. Franbourg Aubert et a ces hoirs après son trespas et ce pour la bonne amour qu’il a et porte aud. Franbourg Aubert a ce qu’il soyt tenu de pryer Dieu pour led. Chauvain et que tel est son plaisir de le faire.
Item, led. maistre Nicole Chauvayn a voulu et ordonné, veult et ordonne que pour le regard du loiage de lad. maison par luy leguee a lad. Jehanne sa cousine par sond. testament, que led. Franbourg Aubert en joyse par l’espace de huict annees et en paye par chascune d’icelles annees de loyer par an la somme de huict livres tournoys a lad. Jehanne Coise après le trespas dud. testateur.
Item, led. maistre Nicole Chauvain comparant a donné et legué, donne et legue par ces presentes a Jacquette Robert, vefve de feu Robert Thierry, seize solz parisis de rente annuelle que led. Chauvyn a droict [3] de prendre et percevoir par chascun an sur demy arpent de vigne assis au terrouer de Ruel, tenant d’une part a Jehan Dufresnoy, de Challiot, d’aultre part au seigneur de Clisson, abboutissant d’ung bout au chemyn aux vaches et d’aultre bout aux vignes des hoirs feu Perrin Philippes ; ensemble led. Chauvyn donne a lad. Jacquette Robert les arrerages qui luy sont et seront deubz au jour de son trespas a cause desd. seize solz parisis de rente, le tout pour la bonne amour qu’il a et porte a lad. vefve et affin qu’elle soyt tenue de pryer Dieu pour led. Chauvyn et que tel est son plaisir de ainsy le faire.
Item, led. me Nicole Chauvyn a affermé qui [i.e. qu’il] luy est deu par Pierre Rossignol, boullanger demourant en la rue Neufve-Sainct-Victor es fauxbourgs dud. Sainct-Victor, la somme de treize livres tournois pour prest qu’il luy a faict, dont il n’a aulcune recongnoissance ny gaige.
Item, led. Chauvyn a pareillement affermé qu’il luy est deu par Michel Carsault, boullanger demourant en lad. rue Neufve-Sainct-Victor la somme de unze livres tournoys dont semblablement il n’a recongnoissance ne gaige.
Item, led. me Nicole Chauvyn, testateur, veult et ordonne estre dict, chanté et celebré en la chappelle dud. College des Bons Enffans ung service complect, c’est assavoir : troys haultes messes de Requiem, vigilles, laudes et recommandaces a neuf pseaulmes et neuf lescons avec la prose des trespasses a traict et sollempnellement et y fournyr le luminaire qu’il apartiendra et pour icelluy service estre payé ce qu’il apartiendra.
Item, led. me Nicole Chauvyn donne, legue et laisse a Guillemette Goupil, la somme de cent solz tournois pour une foys payer, et sa robe tannee a ce qu’elle soyt tenue de prier Dieu pour led. Chauvyn et ce oultre et par dessus ce que led. Chauvyn a donné, legué et laissé a lad. Guillemette Goupil par sond. testament.
Item, led. me Nicole Chauvyn a declairé et declaire que en or et en argent content a luy apartenant [marge et qu’il a et peult avoir en sa possession a present, sont [4] les especes d’or et d’argent qui s’ensuyvent : c’est assavoir environ six vingtz testons,
Item, trente cinq escuz d’or soleil,
Item, trente et ung escuz d’or pistoletz,
Item, deux nobles roze d’or,
Item, deux angelotz d’or,
Item, deux doubles ducatz d’or,
Item, deux ducatz simples d’or,
Item, en l’estude de la chambre ou il est a present gisant mallade au lict, la somme de dix-huict ou dix-neuf livres tournois, ou environ,
Item, en lad. estude, par parcelles, environ cent solz ou six livres tournois ; et a affermé et declairé en sa conscience n’avoir aultre or ny argent que celluy cy-dessus speciffié et declairé. Et pour metctre a fin et execution deue ce present codicille avec sond. testament et codicille dessus declairé, a [i.e. avoir] esleu et ordonné ses executeurs ses chers et bien amés venerables et discrettes personnes maistre Jehan Mallet, prebstre habitué en l’esglise Sainct-Estienne-du-Mont de Paris et honnorables hommes maîstre Jehan Morier, advocat ou Chastellet de Paris et Sulpice Belamy, maistre joueur d’instrumens a Paris , ses executeurs denommez en son testament, leur donnant pouvoir tel et semblable que donné leur a esté par led. testament. Voullant au surplus et declairant par led. maistre Nicole Chauvyn qu’il veult et entend que sesd. testament et codicille et ces presentes sortissent leur plain et entier effect de poinct en poinct et d’article en article selon leur forme et teneur, les promectant entretenir sans y contrevenir et est a notter que ces presentes ou partye d’icelles requierent estre insinuees suyvant l’edict du Roy a ce que celuy ou ceulx qui y ont ou auront interestz n’en puissent pretendre cause d’ignorance. Ce fuct faict et passé multiples entre dix et unze heures du matin, l’an mil cinq cens cinquante six, le mercredy trentiesme et dernier jour de septembre.
[Signé] A. Becquerel, G. Cothereau





text encoding initiativePowered by XTF
Centre d'Études Supérieures de la Renaissance
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence
Si vous utilisez ce document dans un cadre de recherche, merci de citer cette URL :
http://renumar.univ-tours.fr/xtf/view?docId=tei/TIPO475432.xml&doc.view=print;chunk.id=n1
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0).
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0)