[Analyse enrichie] Lucas Orceau, dit Benoist, d’une part, et Guillaume Girardin, d’autre, demeurant l’un et l’autre sur la paroisse Notre-Dame-la-Riche, font entre eux les accords suivants : led. Orceau a baillé à héritage aud. Guillaume Girardin, une maison et jardin, « laquelle maison n’est encores que levee de charpenterie » et led. bailleur sera tenu la faire couvrir de tuiles et le preneur l’achever quant au bouzillage, aux gouttières et autres choses nécessaires dans le mois qui vient ; d’y faire une cheminée de pierre au manteau de bois, dedans la Saint-Jean-Baptiste prochaine, sous peine de 100 s.t. d’amende. Cette maison et ce jardin jouxtent, d’un long à la maison et jardin de Jacquet Pontays, de l’autre à la maison de Pierre Briant, à l’arrière au jardin de Regnault Fillole et, sur le devant elle donne sur « une petite rue qui vient de dessus le pavé de derrière La Riche aux griefves [grèves] de derrière La Riche. » Ladite vente faite au prix de 45 s.t. de rente annuelle et perpétuelle que le preneur s’engage à payer, lui, ses hoirs etc. aux termes de Noël et Saint-Jean-Baptiste par moitié.
Témoins : Guillaume Conseil, Étienne Deslandes et Jacques Chartier.





text encoding initiativePowered by XTF
Centre d'Études Supérieures de la Renaissance
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence
Si vous utilisez ce document dans un cadre de recherche, merci de citer cette URL :
http://renumar.univ-tours.fr/xtf/view?docId=tei/TIPO476646.xml&doc.view=print;chunk.id=n1
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0).
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0)