[Analyse enrichie] Mathieu Regnault, serrurier (Saint-Pierre-le-Puellier) et Jean Richart et Denise sa femme (Notre-Dame-la-Riche), font entre eux le bail suivant, à savoir que led. Regnault cède aud. Richart et à sa femme, une portion de jardin de 20 toises de long sur 4 toise et demie de large (Notre-Dame-la-Riche), relevant du domaine de l’abbaye de Beaumont, joignant d’un long au jardin de Jean Planche, d’autre au jardin d’Étienne Orfevre, de derrière au jardin de Pierre Saisy et par devant à la rue Saint-Claude tirant du pavé de La Riche à la rue de La Croix-Verte ; bail fait moyennant la somme de 20 s.t. de rente annuelle et perpétuelle, payable aux termes de Noël et Saint-Jean-Baptiste par moitié. Et par led. bail est expressément accordé que, si lesd. preneurs font défaut de paiement pendant trois années consécutives, « led. preneur se pourra remectre et ransaisiner en sad. porcion de jardrin sans y appeler justice » ; les preneurs seront également tenus de faire construire en lad. portion de jardin une maison bonne et compétente « a demourer ung mesnagier », dans un délai de six ans, et la maintenir, une fois construite, en bon état de façon que la valeur de la rente ne diminue pas.
Témoins : Louis Aubert et Jean Foucquet.





text encoding initiativePowered by XTF
Centre d'Études Supérieures de la Renaissance
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence
Si vous utilisez ce document dans un cadre de recherche, merci de citer cette URL :
http://renumar.univ-tours.fr/xtf/view?docId=tei/TIPO476652.xml&doc.view=print;chunk.id=n1
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0).
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0)