La procuration suivante est de la main de Pierre Parrain, père du destinataire auquel elle a été envoyée sous forme de pli : en témoignent la trace des pliures ainsi que l’adresse : «A Achilles Parrain, ecollier a Paris au Collaige du Plessis a Paris »



«Estably Achilles Parrain, escollier juré en l’Universite de Paris , demourant au College du Plessis fondé en lad. Universite, chapellain de la chapelle Sainct-Martin fondee en la basse-court et près de la motte du chasteau de Lucé(1) au Mayne, lequel faict et constitue ses procureurs venerable et discret(e) personne frere André Brossier, prebstre, docteur en theologie [un seul nom figure ici], ausquelz et chacun d’eulx, seul et pour le tout, led. constituant a donné et donne par ces presentes plain povoir, auctorité et mandement especial, de comparoir pour et en son nom par devant le seneschal du Maine ou autre commis de par le Roy nostredit sire sur le faict des francz fiefz et nouveaulx acquestz en lad. seneschaussee pour recevoir les declaracions des gens d’eglise et mains mortes suyvant l’edict faict par le Roy nostre sire en l’an present mil cinq cens quarente et sept sur le faict de bailler par declaration de la part des gens d’eglise et mains mortes(2) et illec bailler et rendre la declaration du donmaine d’icelle chappelle signee dud. Brossier et de [en blanc], notaires, soubz seaulx aux contractz de court laye ; et lad. declaration veriffier par serment en l’asme dud. constituant contenir verité et y faire arrest et renuncer tenir ausd. choses a cause de lad. chappelle, laquelle est situee au dedans le diocese du Maine, et de la presentacion et redicion d’icelle declaration en demander et requerir acte et iceluy lever et consentir en estre baillé acte a qui il apartiendra et y faire pareillement etc. Mectant en bonne foy etc. Avoir etc. et payer les juge ou jugez etc. [De la main du notaire : Faict et passé l’an mil cinq cens quarante sept, le jeudi XXVe jour de janvier. (25 janvier 1548 n.s.) Paraphes des notaires Cadier et Cothereau.]»
[A la suite, de la main de Pierre Parrain :] «Achilles, ton oncle, nostre maistre Brossier m’a donné charge te envoyer la minute de procuration cy-dessus, qu’il a faict dicter par monsieur le procureur Denisot ; a ceste cause, après avoir receu la presente, fais depescher lad. procuration selon la sustance en lad. notte cy-devant escripte et la luy envoyer signee de notaires et seellee et qu’il n’y ayt faulte ; le present porteur a charge de payer lad. procuration comme ay entendu ; si differoit, paye et fais laisser en blanc place a mectre autres procureurs et aussi les noms et surnoms des notaires qui signeront lad. declaration. Ton oncle se recommande a monsieur de Chastres, monsieur maistre Jehan Morin et m’a donné charge te advertir te enquerir a luy comme l’on en faict a Paris touchant le cas, affin d’en escripre au vray ce que en auras trouvé a ton oncle, et baille lad. procuration et lettres au messaiger qui va quant et ce porteur. Fais ton devoir en tout et partout a ton povoir . De Mont[…](3) ce XXI janvier. De par ton pere, Pierre Parrain»





Notes :

(1) Lucé, aujourd’hui Le Grand-Lucé , chef-lieu de canton de l’arrondissement de La Flèche . Érigé en baronie par François Ier en 1539. De 1761 à 1764, Jacques Pineau de Viennay fait raser les demeures seigneuriales et construire un nouveau château. — (2) Catalogue des Actes de Henri II T. I (31 mars 1547-31 démbre 1547), Paris : Imprimerie Nationale, 1979, p. 278 : (961/09.028) «Mandement à la Chambre du trésor de faire publier dans tout le ressort de la prévôté et vicomté de Paris l’obligation pour les gens d’église et de mainmorte possédant des biens nobles ou en roture par legs, donation ou achat, et pour les roturiers tenant des biens nobles, d’en faire la déclaration dans les deux mois qui suivront la publication des présentes.» Compiègne , 2 septembre 1547 (Par le roy. Clausse). Enregistré en la Chambre du Trésor le 15 septembre 1547. Imprimé, s.d. [1547] par Charles L’Angelié et à plusieurs reprises par la suite. Ce mandement a été adressé aux officiers de justice de divers bailliages et sénéchaussées ; le Catalogue des Actes de Henri II ne fait pas état d’un mandement destiné au sénéchal du Maine ; il signale toutefois celui qui fut adressé à celui d’Anjou (1042/ 09.2010) : «Mandement au sénéchal d’Anjou ou a son lieutenant de faire publier par tous les sièges de la sénéchaussée que toutes gens d’église et de mainmorte qui possèdent des héritages nobles ou roturiers par suite de legs, fondation, achat ou autre titre, ainsi que tous les non-nobles tenant des biens nobles, aient à faire dans les deux mois au greffe du siège principal de lad. sénéchaussée la déclaration de ces biens, en vue de la liquidation des droits de francs-fiefs, en produisant aussi les lettres d’amortissement et de répit qu’ils pourraient avoir obtenues ; le tout à peine de saisie.» Fontainebleau , 20 septembre 1547. («Par le roy. Clausse»), Publié à Angers le 5 novembre 1547. — (3) Si le toponyme était sans aucun doute parfaitement identifié par le destinataire, l’état actuel de nos connaissances ne nous permettent pas aujourd’hui de le localiser.



text encoding initiativePowered by XTF
Centre d'Études Supérieures de la Renaissance
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence
Si vous utilisez ce document dans un cadre de recherche, merci de citer cette URL :
http://renumar.univ-tours.fr/xtf/view?docId=tei/TIPO477668.xml&doc.view=print;chunk.id=n1
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0).
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0)