Lettre close de Charles VIII adressée aux gens d'Eglise, aux nobles et aux habitants de la ville de Bourges pour leur demander d'assurer la défense de la ville et de ses alentours suite au départ précipité du duc d'Orléans de Blois vers la Bretagne .



De par le roy.
Tres chers et bien amez, pour ce que puis dix ou douze jours en ça nous avons esté advertiz que nostre frere d'Orleans s'en vouloit aller selleement en Bretagne qui nous sembla chose bien estrange, nous envoyasmes devers luy nostre cher et feal cousin le seigneur de Gyé(1), mareschal de France(2), jusques a Orleans , lequel lui declaira que nostre vouloir estoit qu'il n'y allast point. Par lequel il nous fist reponse que son entencion n'estoit pas d'y aller mais estoit deliberé de nous complaire et obeir en ce et en toutes autres choses. Et avec nostredit cousin de Gié, icellui nostre frere envoya devers nous le seigneur de Marigny(3), son chambellan, pour mieulx nous en certiffier. Touteffoiz le landemain que nostredit frere eut depesché icellui nostre cousin de Gyé pour s'en retourner devers nous, s'en partit au soir de la ville de Bloys avec quatrevings ou cent chevaulx et a toute diligence, jour et nuyt, s'en est allé en Bretaigne a nostre desceu et sans nostre vouloir et congié qui est fait tout au contraire de ce que par les dessusdits il nous avoit mandé. Desquelles choses vous voulons bien advertir afin que s'aucune chose survenoit en nostre ville de Bourges et es environs qui nous peust prejudicier, vous y donnez la meilleur et plus prompte provision que faire se pourra, et nous y servez ainsi que en vous nous en avons nostre parfaicte fiance. Et vous prions que, en ensuivant la bonne amour, grande et entiere loyauté que tousjours par effect avez eue envers nous, noz predecesseurs et la couronne de France, vous vueillez faire si bonne et seure garde de nostredite ville que aucun inconvénient n'en puisse avenir, en nous advertissant souvant de ce qui y surviendra, et vous nous ferez plaisir et service tres agreable que ne métrons en obly, mais de plus en plus aurons vous et voz affaires en tres singuliere recommandacion et bonne souvenance. Donné a Amboyse , le XIIIe jour de janvier [1487(4)].

[Signé :] CHARLES.


Damont.


[Au dos] A noz très chers et bien amez les gens d'eglise, nobles, bourgois, manans et habitans de nostre ville de Bourges .





Notes :

(1) Actuelle commune de Gyé-sur-Seine , dép. de l'Aube , arr. de Troyes . — (2) Pierre de Rohan, sire de Gié, maréchal de France. — (3) Il s'agit de Waleran de Sains, seigneur de Marigny (aujourd'hui com. de Margny-sur-Matz , dép. de l'Oise , arr. de Compiègne ), bailli de Senlis (dép. de l'Oise ). — (4) Lettre datée par le fait qu'un autre lettre très proche est adressée à Jean Bourré, seigneur du Plessis (Lettres de Charles VIII, roi de France, éd. P. Pelicier, Paris, 1895, t. I, p. 143-144).



text encoding initiativePowered by XTF
Centre d'Études Supérieures de la Renaissance
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence
Si vous utilisez ce document dans un cadre de recherche, merci de citer cette URL :
http://renumar.univ-tours.fr/xtf/view?docId=tei/TIPO631755.xml&doc.view=print;chunk.id=n1
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0).
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0)