Décision de la commission de réformation de la forêt de Loches émise en faveur de Guillemette Gobine, veuve de Colin Heron, tenancière de l'hébergement fieffé dit de Boisauger ou Boisoger, lui accordant de nouveau l'usage de ses droits d'exploitation de la forêt, dont un droit de garde ponctionné sur les usagers de son hébergement appelé la garde Heron, lesquels, d'après les documents présentés durant la procédure, remontent au XIVe siècle.



[f. 57v°] Entre Guillemette Gobine a present vefue et relique de feu Colin Heron dame de l’ebergement, appellé l'ebergement de Bazoger(1) seant dans la paroisse d’Aubigny, près de la forest de Loches , demanderesse a l’enterinement d’une requeste d'une part ; et le procureur general du roy ou son substitud deffendeur d'autre part ; veue la requeste a nous presentee par lad. demanderesse tendant affin d’avoir delivrance et main levee des droiz d’usage par elle pretendu a cause de son hebergement de Bazoger ; pour la verifficacion de laquelle elle a produict par devers nous certaines lettres royaulx dactees de l’an mil IIIc IIIIxx XIX ; le XXIIe jour d'avril ; deux sentences de main levees donnees par feu Guillaume de Melun, comte de Tancarville et Charles, sieur de La Riviere, comte de Dampmartin, souverain maistre et general refformateur des eaues et forestz du royaulme de France(2) ; certaines lettres de vidimus faisant mencion dud. hebergement de Bazoger et des droiz y appartenans ; les quictances du verdier de la forest de Loches ; deux lettres de sentence donnees par les maistres particuliers de lad. forest ou leurs lieuxtenans ; certaines lettres d'admortissement donnees par les commissaires du Roy sur le fait des francz fiefz et nouveaulx acquestz ; certaine informacion et enqueste faicte par nous et nostre greffier sur la pretendue possession et joissance par lad. demanderesse et ses predecesseurs ; le tout monstré et communicqué au procureur general du Roy qui aurait baillé ses conclusions par escript pour l’interest dud. Sire. Tout considéré et eu advis et deliberacion aux sages, il sera dit que, à lad. demanderesse et suppliante, avons adjugé et delivré droit d'usage, pasturage et [f. 58r°] pennage en lad. forest de Loches pour son hebergement appellé l'hebergement du Bazoger, pour chauffer et bastir oud. lieu et aultres necessitez, ensemble droit de prendre les redevances acoustumees sur les usagers de la garde dud. hebergement, qui est appellé la garde Heron ; et quant aux autres droiz par elle pretenduz a cause dud. hebergement, lad. demanderesse nous informera plus amplement tant par lettres que par tesmoings et ce dedans ung moys et led. deffendeur ou contraire, se bon luy semble, sur les articles pertinentes que lesd. parties mectront hinc inde par devers la court dedans quinzaine, et au surplus pourra lad. demanderesse, commectre un sergement(3) en lad. garde vulgairement appellee la garde Heron, soubz la main de justice pour executer et faire tous exploiz en lad. forest comme les autres sergens d'icelle et ce par provision et jusques a ce que plus a plain serons informez des pretenduz droiz par lad. demanderesse, le tout en usant sans abuz et en gardant les ordonnances royaulx faictes sur le fait desd. eaues et forestz, sur peine de confiscacion dud. hebergement et des pretenduz droiz à cause d’icellui, par nostre sentence, jugement et par droit. Signé : Hotman et Dargouges. Prononcé en la presence de venerable et discrete personne Messire René Heron prebstre, procureur de lad. manderesse d’une part, et du substitud du procureur general du Roy ès eaues et forestz, le septiesme jour de novembre l'an mil cinq cens vingt six.





Notes :

(1) Bazoger représente Boisauger ou Boisoger, hébergement et sergenterie fieffée qui relevait du château de Loches à foi et hommage simple. Sur les sergenteries fieffées dans le Lochois, cf. Abbé Michel Bourderioux, “Les sergentises fieffées en Lochois”, dans Bulletin de la Société Archéologique de Touraine. Tome XXXII, Tours, 1958, pp. 124-126. — (2) Guillaume de Harcourt, comte de Tancarville exerça les fonctions de Souverain maître dès 1394 ; en 1403 il est cité dans une charte en faveur des chartreux du Liget et c'est lui qui, en 1410, ordonne la réformation de la forêt de Chinon . Un autre .personnage du même nom remplit cet office de 1431 à 1461. Charles, seigneur de La Rivière, comte de Dammartin fut Souverain maître dans les premières années du règne de Charles VII. (cf. Devèze, La vie de la forêt française au XVIème siècle, Paris, 1961, 2 vol.). — (3) Hic inde : de part et d'autre ; sergement : nous n'avons trouvé nulle part trace de ce dérivé. Peut-être une mauvaise graphie pour sergent ?



text encoding initiativePowered by XTF
Centre d'Études Supérieures de la Renaissance
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence
Si vous utilisez ce document dans un cadre de recherche, merci de citer cette URL :
http://renumar.univ-tours.fr/xtf/view?docId=tei/TIPO632101.xml&doc.view=print;chunk.id=n1
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0).
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0)