Lettre d’Yolande d’Aragon adressée aux habitants de Tours leur assurant avoir intercédé en leur faveur pour la libération de prisonniers retenus à Sablé et à La Flèche .



La Royne de Sicile , duchesse d’Anjou, contesse de Prouvence et du Maine.
Tres chers et bien amez, nous avons receu vos lettres faisans mencion, entre autres choses, que aucuns des gens de la garnison du Boys ont esté et sont detenuz prisonniers a Sablé et a La Fleche et mis a finance, laquelle chose soit contre la fourme et teneur des souffrances qui sont pour aucun temps entre beau cousin de Bourgogne et nous, et pour ce que nostre voulenté et entencion n’est point que par noz subgez soit fait aucune chose contre la teneur desdites souffrances, ainçois voulons et est nostre plaisir qu’elles se entretiengnent et aient leur plain effect, incontinent vosdites lettres receues, nous avons escript et mandé aux capitaines de Sablé et de La Fleche que lesdites gens ainsi pris tantost ils delivrent et mettent a plaine delivrance avec leurs biens, ainsi et en la maniere qu’ilz estoient au jour de leur prise; touteffoiz, tres chers et bien amez, nous vous prions tres acertes que, a vostre povoir, vous ne souffrez que aucuns de ceux de dela facent prinses courses en noz pais d’Anjou et du Maine . Car tenez de certain que, de nostre part, nous ferons tenir par nos subgez bonnes et loyales souffrances, sanz enfraindre, et ferons faire pugnicion de ceulx qui feront le contraire et les dommages reparés deuement, ainsi que le cas le requerra; et, quant a voz lettres que nous avez envoyeez, tantost apres icelles receues, en envoyasmes la coppie devers monseigneur le Daulphin et envoyasmes devers lui nostre bien amé escuier, Pierre Le Roy, en lui suppliant qu’il lui plaise que vostre requeste il ait agréable, et aussi en avons escript bien affectueusement aux gens du conseil de mondit seigneur. Sur quoy n’avons encores eu aucune response, et, incontinent que l’aurons eue, nous la vous ferons savoir, et, quant a nous, nous pourchacerons tousiours, a nostre povoir, le bien de paix, au bien et honneur de mondit seigneur et aussi de vous, ainsi que nous congnoissons que ce est votre voulenté et bonne entencion. Tres chers et bien amez, autre de present ne vous escripvons; Nostre Seigneur vous ait en sa garde. Escript en nostre chastel de Saumur , le XXIIe jour d’aoust.

[Signé] Balloys

[Suscription] A noz tres chers et bien amez les gens d’eglise, bourgois et habitans de la ville de Tours .





text encoding initiativePowered by XTF
Centre d'Études Supérieures de la Renaissance
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence
Si vous utilisez ce document dans un cadre de recherche, merci de citer cette URL :
http://renumar.univ-tours.fr/xtf/view?docId=tei/TIPO634125.xml&doc.view=print;chunk.id=n1
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0).
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0)