Lettre du dauphin Jean II adressée aux habitants de Tours , leur demandant de se tenir prêts à lui venir en aide contre les Anglais à Calais .



Jehan ainsné filz du roy de France , daulphin de Viennois, duc de Berry , conte de Pontieu et de Poittou , aux bourgois, manens et habitans de la ville de Tours , en Touraine , salut. Nous avons sceu nouvellement que l’adversaire d’Angleterre et ennemy de mon seigneur est descendu a Calais , avec toute sa puissance de gens d’armes et de trait, en entencion, comme nous avons oy et est a croire, de porter tout le domaige qu’il pourra a mondit seigneur et a son royaume; et, pour ce que, apres mondit seigneur, la chose nous touche plus que a nul autre et que nous voulons de tout nostre povoir, comme raison est, nous emploier au service de mondit seigneur et deffense de sondit royaume, et avons ferme esperence en Dieu, a l’ayde des parens, vassaulx et autres preudshommes subgiez et bienvueillans de mondit seigneur, de contraister briefment a celuy adversaire, nous vous signifions et faisons assavoir nos intencion et voulenté, affin que vous vueilliez preparer et ordonner pour venir a l’ayde de mondit seigneur, touteffois que mandé vous sera par lui et que de nous aurez requeste; en vous exortant et priant encore, sur la loyaulté que vous devez a mondit seigneur, que de ce ne vueilliez estre negligens ne remis en aucune maniere, et combien que, on temps passé, aucunes divisions aient esté ondit royaume, lesqueles doivent cesser par la paix qui fut faicte a Arraz par feu nostre tres cher seigneur et frere Monseigneur de Guienne , au commandement de mondit seigneur, laquele paix nostre entencion a esté et est de faire entretenir de tout nostre povoir et rendre mondit seigneur seul et pour le tout obey et seigneury en sondit royaume; toutevoyes, au regard de celluy adversaire d’Angleterre, un chacun royal subgiet, vassal et autre bienvueillant de mondit seigneur doit pour le present laissier et deposer tout scrupule et note de division, affin que par vertu bien vive, dieu et nostre dame devant resistance puisse estre faite a l’onneur de mondit seigneur et bien de sondit royaume, et cestes noz presentes intencion et voulenté vueilliez signifier et publier es villes voisines de vous, affin que pareillement ilz soient prestz de venir a l’ayde de mondit seigneur, quant mandé leur sera et de nous aurons requeste, en temoing de laquelle chose, nous avons fait plasquer nostre scel de secret a ces presentes. Donné au Quesnoy (1) en Haynnau (2), le XXVIIe jour de septembre, l'an de grace mil CCCC et seize.

Par Monseigneur le Daulphin
[Signé] M. Delateillaye.

[Au dos] Presentees aux esleuz de la ville sur le fait de la fortification, le VIIe jour d’octobre (environ le souloil decouschant) l’an mil CCCCXVI, par Jehan du Mirouer dit Camus, chevaucheur de l’escurie de nostre seigneur le Daulphin. Publiees en l’ostel de la ville, le VIIIe jour de d'octobre, l’an dessus dit, presens les gens d’eglise, bourgois et habitans de la ville de Tours , en grand et suffisant nombre.





Notes :

(1) Act. comm. de Le Quesnoy , dép. du Nord . (2) Ancienne pronvince de Hainaut .



text encoding initiativePowered by XTF
Centre d'Études Supérieures de la Renaissance
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence
Si vous utilisez ce document dans un cadre de recherche, merci de citer cette URL :
http://renumar.univ-tours.fr/xtf/view?docId=tei/TIPO634127.xml&doc.view=print;chunk.id=n1
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0).
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0)