Françoys Febvrier, marchand apothicaire (Saint-Pierre-du-Boile, Tours ) cède à sa belle-mère Marie de Boecy, veuve de Martin Mormant, marchand apothicaire, d’une rente annuelle de 33 s. 4 d.t. due par moitié par la veuve de Martin Joyse, couturier et par Pierre Bourbille, brodeur, à cause de deux corps de maison situés rue de La Scellerie (Saint-Vincent, Tours ). En échange de quoi, Marie s’engage à rembourser Françoys de la moitié des 26 l. 7 s.t. qu’ils ont payés pour acheter la rente.
Hugues Devictry, orfèvre, et Olivier Robert, fourbisseur, sont témoins.





text encoding initiativePowered by XTF
Centre d'Études Supérieures de la Renaissance
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence
Si vous utilisez ce document dans un cadre de recherche, merci de citer cette URL :
http://renumar.univ-tours.fr/xtf/view?docId=tei/TIPO639156.xml&doc.view=print;chunk.id=n1
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0).
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0)