Le notaire est requis par maître Macé Aubin, prévôt de Vallières et chanoine prébendé de l'Eglise Saint-Martin de Tours, de se transporter dans le revestiaire de la dite église à cinq heures du matin. Aubin déclare que c'est son tour et ordre pour dire la neuvaine. Par conséquent, le cierge et l'estrié (?) de cire lui appartiennent pour son tour et ordre et doivent lui être fournis par vénérable maître Joseph Mousnier, chanoine et chambrier en la dite Eglise. Aubin requiert procès-verbal de la qualité et du poids du dit cierge, il a pour cela mandé Barnabé Chailly, maître cierger à Tours (paroisse Notre-Dame-la-Riche), en présence des vénérables Claude Bailly, chantre en la dite Eglise, Merlin Aublanc, prévôt de Mayet, et Pierre Remon, procureur général du chapitre de la dite Eglise. On trouve que le cierge pèse 3 livres 1 once, alors qu'il devrait peser 4 livres 3 onces, et l'estrié une demi-livre un gros, soit 9 onces, au lieu de 11 onces. De plus le cierge est fait de cire repassée deux fois. Aubin conclut qu'il va faire des poursuites.





text encoding initiativePowered by XTF
Centre d'Études Supérieures de la Renaissance
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence
Si vous utilisez ce document dans un cadre de recherche, merci de citer cette URL :
http://renumar.univ-tours.fr/xtf/view?docId=tei/TIPO640710.xml&doc.view=print;chunk.id=n1
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0).
Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 (CC BY-NC-SA 4.0)