Documents
La peste à Bourges en 1582

Benoît Quatre

Doctorant en Histoire (CESR). 

Les archives municipales de Bourges conservent sous la cote GG 703 une véritable liste des 2 829 morts de peste à Bourges en 1582. Présentation du documents et de se enjeux méthodologiques. 

Collections

Reconnu trésor national depuis juin 2015, le registre de comptes de construction du château d’Amboise de 1495-1496, sans équivalent dans le monde de la construction castrale de la fin du Moyen Âge, du XVe siècle et du début du XVIe siècle, dresse un bilan partiel des recettes et dépenses engagées dans la mise en œuvre de ce chantier et éclaire sur l’état d’avancement d’une partie des travaux du château.

Collections

Le colloque organisé les 6 et 7 juin 2018 à l’Université de Tours par le projet ReNumAR sur les correspondances des villes à la Renaissance fut l’occasion d’initier dès 2017 un dépouillement des fonds lochois intégralement conservés dans les Archives départementales d’Indre-et-Loire, sous la cote E DEPOT 132, à la recherche des lettres reçues (pour l’essentiel du corpus) mais aussi envoyées (plus rares) par le corps de ville de Loches au XVIe siècle et dans la première moitié du XVIIe siècle. Cette publication vous propose une première description analytique d’un corpus reconstitué de la correspondance lochoise, dans l’attente d’une étude plus approfondie.

Dossiers

Le repeuplement d’Arras (en 1479) par des ménages désignés et pris en charge par les villes du royaume, jusque dans le Languedoc, fut certainement le plus vaste et le plus lourd déplacement de population que le pays ait connu jusqu’alors (Jacques Heers). Si celui-ci va s’avérer par la suite un retentissant échec, plus de douze mille personnes (trois mille familles, ou “mesnagiers”) vont faire l’objet d’une migration forcée sur ordre royal. La Touraine y prit sa part, avec, officiellement, la charge de procéder à l’envoi de cinquante ménages. Analyse des documents tourangeaux relatifs à cet événement.

Dossiers

À la suite des travaux de B. Guénée et de Fr. Lehoux, les recherches les plus récentes sur le système communicationnel des États entre la fin du Moyen Âge et le début de l’époque moderne ont redonné toute leur place aux entrées solennelles. Longtemps considérées comme un outil d’assujettissement des cités par une monarchie en marche vers un absolutisme certain, ces cérémonies sont aujourd’hui analysées dans le cadre d’un processus complexe de légitimation politique. Dans le contexte d’une grande profusion festive et rituelle, elles témoignent du consensus politique qui s’élabore entre les villes et le roi à la fin du Moyen Âge.

Collections
Le notariat tourangeau
Le notariat tourangeau

Jérôme Salmon

Les minutes notariales constituent le fonds majoritaire de l’actuelle base RENUMAR, héritière de l’ancienne base De minute en minute qui, elle, était exclusivement dédiée à ce type documentaire et hébergée jusqu’à présent sur le site des Bibliothèques Virtuelles Humanistes. Le moissonnage s’était principalement opéré dans les fonds notariaux tourangeaux, conséquents, conservés à la direction des archives départementales d’Indre-et-Loire à Tours. Avant de faire une présentation générale du fonds conservé puis du contenu de l’actuelle base, rappelons les grandes lignes de l’histoire des pratiques notariales tourangelles à la Renaissance.

Documents

Par deux ordonnances de 1516 et 1519, François Ier entreprend la « réformation » de ses forêts. Sources importantes de revenus pour la couronne, elles doivent lui rapporter, mais elles souffrent de “pilleries, larrecins et abbus” (ordonnance de mars 1516) qui en font diminuer les revenus. Les archives nationales conservent le procès verbal produit par les commissaires qui vont assurer le travail de révision des droits et usages de la forêt de Loches pendant presque deux ans d’enquête.