Réformation de la forêt de Loches (1526-1527). Présentation du registre Z1E 1133 des Archives Nationales.

Permalien : http://renumar.univ-tours.fr/publication/foret-de-loches/

Par deux ordonnances de 1516 et 1519, François Ier​​ entreprend dès le début de son règne la « réformation » de ses forêts. Sources importantes de revenus pour la couronne, elles doivent lui rapporter, mais elles souffrent de “pilleries, larrecins et abbus” (ordonnance de mars 1516) qui concourent à en faire diminuer les revenus.​​ 

Le registre Z1E 1133 des Archives Nationales contient l’ensemble des procédures d’inspection et de réformation de la forêt de Loches, conduites par trois commissaires spécialement nommés et délégués de la Table de Marbre de Paris (juridiction des eaux et forêts) : Emond Brosset, procureur du roi sur le fait des eaux et forêts du royaume, véritable instigateur de la politique forestière de François Ier, Étienne Munois, procureur au Grand conseil, et Pierre Hotman, conseiller du roi, lieutenant général de La Table de Marbre de Paris1.​​ Dans une trentaine de folios, ce document (incomplet) montre les diverses opérations que ces commissaires y mènent à partir du 25 août 1526, accompagnés des différents officiers locaux, verdiers, sergents et autres lieutenants. Il s’agit de contrôler les animaux trouvés dans la forêt, de déterminer les dégradations, d’établir les vols et les abus, de vérifier les droits d’usage que certaines communautés religieuses (voire quelques particuliers) ont pu obtenir ou encore reprendre les comptes d’exploitation des différents verdiers qui en ont la charge, voire d’engager à chaque fois des poursuites. Souvent de nouveaux règlements sont établis et les officiers de la forêt doivent les appliquer.​​ 

Au-delà des techniques de gestion de la forêt royale et de la volonté d’en réformer les pratiques, ce document fournit des éléments précis sur l'exploitation traditionnelle de la forêt, son administration au quotidien, les intervenants qui y ont un intérêt (Adam Fumée, maître des Requêtes du roi, Jacques de Beaune, René de​​ Batarnay, seigneur de Montrésor, ou encore les Chartreux du Liget, les religieux de la Trinité de Beaumont ou de la collégiale Notre-Dame de Loches).

 

D. Rivaud

1

​​ D’après N. Maillet, « Réformation de la forêt de Loches (1526) d’après le registre des A.N. : Z1E 1133 », dans​​ Loches au XVIe​​ siècle. Aspects de la vie intellectuelle, artistique et sociale, Marseille, Ed.​​ Laffitte, 1979, p. 67-114.

 

La réformation de la forêt de Loches